20 octobre 2017

Le Packaging,
un créateur de valeur

Blog Graphiste Formation Packaging Createur de valeur

En apprendre toujours plus, voilà la condition minimale à remplir pour réussir dans n’importe quel domaine.

Dans la plupart des livres de développement personnel Lisez Miracle Morning et Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent –, vous apprendrez l’importance de vous former en permanence. Maîtriser toutes les casquettes de l’entrepreneur, gagner en productivité ou acquérir et développer de nouvelles compétences à forte valeur ajoutée pour votre clientèle… voilà autant de motivations pour vous prendre en main et faire toute la différence avec vos concurrents.

Un investissement sur vous-même

Plus que n’importe qui, les travailleurs indépendants ont la nécessité de maîtriser tout un ensemble de compétences et de s’adapter en permanence pour rester performant. Et pour s’adapter, il faut se former ! Mais vous vous dites sûrement que vous manquez de temps ou d’argent, et qu’il y a plus urgent ?
Si certaines formations demandent en effet un investissement important, vous pouvez trouver de nombreuses alternatives à prix mini : Livres, mooc, e-book, conférences en ligne, etc. Internet reste une source inépuisable de ressources éducatives dans n’importe quel domaine. Dans tous les cas, voyez votre formation comme un investissement à long terme !

Le savoir, c’est bien, le faire, c’est mieux !

Il m’aura fallut 4 ans pour l’assimiler et admettre que l’investissement en valait la peine. Et c’est sur l’aspect technique de fabrication des packagings que j’ai suivi ma première formation, au siège de Pyramyd, un organisme reconnu dans les métiers de l’industrie graphique, et éditeur de nombreux livres consacrés au design, à la création et la culture visuelle.

Côté administratif :
L’organisme compétent pour financer la formation des professions libérales est le FIFPL, l’AGECIFE pour les commerçants et la FAFCEA pour les artisans. Le montant de prise en charge dépend directement de votre code NAF. En ce qui concerne les graphistes, nous bénéficions d’un plafond annuel de 750€ à raison de 250€ maximum par jour de formation, à condition d’avoir payé auprès de l’URSSAF la contribution à la formation professionnelle (CFP) d’une valeur de 95€. Mon expérience avec le FIFPL est très positive, et je souligne leur rapidité de traitement des dossiers.

Pourtant déjà familière avec les procédés de fabrication et d’imprimerie, j’ai malgré tout ressenti le besoin et l’envie de me perfectionner dans le packaging, support incontournable dans l’épicerie fine !

Pour la plupart de mes clients, après la conception de leur identité visuelle et de leur packaging, je prend en charge tout l’aspect fabrication. Utiliser le bon vocabulaire, trouver l’imprimeur ou le fabricant idéal, choisir la technique d’impression adéquate, négocier la prestation la plus adaptée et au meilleur prix tout en tenant compte des contraintes spécifiques à chaque support et chaque technique, connaître toutes les options d’embellissement possibles, voici toutes les choses que nous avons abordé durant cette formation et qui me permettra de proposer une prestation complète de qualité à mes clients.

crude-happycentro-packaging-blog-espritdesign-16.
Les enjeux du packaging

Contenir et protéger le produit, attirer l’attention de l’acheteur dans les rayons, communiquer un message, déclencher l’achat, faciliter l’usage, faciliter la logistique en aval, limiter l’impact environnemental… Les missions principales du packaging sont multiples, à la fois techniques et commerciales. Le packaging joue un rôle évident en point de vente et peut également contribuer à la fidélisation après l’achat. Il fait parfois intégralement partie du produit.

Les techniques d’impression

La technique est choisie en fonction du volume et du support désiré, et bien sûr, de votre budget.

L'offset
Technique d’impression basée sur la répulsion d’un corps gras et d’un corps aqueux sur une plaque imprimante en aluminium gravée chimiquement. La distinction entre les zones imprimantes (hydrophobe) et les zones non-imprimantes (hydrophile) ne se fait que par la différence des propriétés physico-chimiques de ces zones. Le résultat s’obtient par superposition des couches colorées. À chaque couleur correspond une plaque et un groupe imprimante. Ainsi, pour imprimer en quadrichromie, 4 groupes imprimants sont nécessaires. En Offset, on peut atteindre 10 groupes de couleur.

plaque-offset.

Les plus : Très bonne qualité et vitesse élevée d’impression et grande possibilité de papier.
Les moins : En raison des frais fixes, ce procédé n’est pas approprié pour les petites séries.

Le numérique
L’impression numérique est en quadrichromie, quelques tons pantones sont disponibles selon les constructeurs. Cette technique permet de répondre à des petites séries, des impressions à la demande et personnalisation… Il ne nécessite pas de forme imprimante, ni de frais de calage.
.
Les plus : Pour des petites séries, délais très court et grande flexibilité, qualité en constante amélioration.
Les moins : Souvent limitée aux couleurs primaires, gamme de papier restreinte, ennoblissement élevé.

La sérigraphie
Impression dérivée du pochoir, utilisant un écran de soie. L’encre recouvre la totalité de la toile et s’écoulera directement sur le support à imprimer au travers des mailles non bouchées. Ce procédé est très utilisé pour les affiches d’art. Le rendu des couleurs est chatoyant. Il est également utilisé pour des supports spéciaux : bois, métal et PVC, carton, textile.

18cf1a5b5db7.

Les plus : Très beau rendu des couleurs, très utilisé en ennoblissement et multi-supports.
Les moins : Petit série, procédé plus artisanal (temps de production) et temps de séchage plus long.

L'héliogravure
Ce procédé permet de transférer l’encre de manière régulière sur une très grande plage de densités et à vitesse élevée. Il convient donc particulièrement aux applications qui nécessitent une grande qualité d’image, comme l’édition, l’emballage, les étiquettes et l’impression de sécurité ou décorative. La résistance des cylindres d’impression fait de l’hélio la méthode idéale pour une impression de très grande qualité lors des tirages très longs ou répétitifs, où elle s’avère plus rentable que les autres procédés.

cylindre-d-impression-heliogravure.

Les plus : Excellente qualité d’impression et haute vitesse d’impression, adapté pour des tirages longs.
Les moins : Long et très couteux, non approprié pour les petites séries. Impression plus polluante.

La flexographie
Utilisant une plaque souple, cette technique d’impression en relief est utilisée pour de très forts tirages notamment dans le domaine de l’emballage ou de l’alimentaire, de l’étiquette, des sacs papier et du carton plat. La qualité est moins précise que l’offset, mais les coûts sont environ 30 % moins élevé. La flexographie est utilisée aussi pour imprimer certains supports qui ne peuvent l’être que par ce procédé : films polyéthylène (sacs plastiques) ou carton ondulé par exemple.

CABAPLAST-1903-Flexographie_Dp.

Les plus : Adapté aux tirages longs, moins onéreux que l’offset.
Les moins : Moins précis que les autres procédés et moins bonne tenue dans le temps des imprimés.

Les ennoblissements et finitions

PELLICULAGE
Une pellicule de polypropylène est appliquée sur la totalité du document imprimé. Elle est ensuite laminée par un cylindre chauffé qui la fait adhérer au papier. Elle offre une protection renforcée et ne casse pas au pli. Existe en Brillant, mat et satiné ou effets spéciaux ( Pelliculage soft touch, blanc ou noir, pailleté, effet matière toilée… )

VERNIS
Le vernis acrylique est applicable en aplat total et permet un séchage immédiat. Il offre une protection efficace contre le maculage, disponible en brillant, mat et satiné. Le vernis UV peut être sélectif, il renforce la brillance mais casse au pli. Le Vernis 3D donne du volume grâce à de la matière. Il existe aussi des vernis soft touch, pailleté…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

GAUFRAGE
Procédé permettant d’obtenir des motifs en relief, à l’aide de formes ( appelées clichés ) en creux et de contreforme en laiton ou magnésium.

dior-parfums-1

DORURE À CHAUD
Méthode d’impression à chaud de motifs de couleurs métallisées, en relief ou non, qui intervient après l’impression couleur.

L1_3266_1024x1024

DORURE À FROID
Pellicule métallique fixée sur le support papier avec de la colle en début de ligne. C’est l’impression colorée ( quadrichromie ou pantone ) sur le métal qui lui donnera sa ou ses couleurs. Un vernis de dispersion sera obligatoirement déposé en fin de ligne en guise de protection. Le support peut ainsi recevoir après séchage d’autres effets d’ennoblissement. Puisque la dorure se fait en un seul passage sur la presse offset, cela permet des coûts réduits avec moins de cliché.

DÉCOUPE
Montage sur une forme en bois des filets aciers raineurs ou coupeurs destinés à plier et découper l’imprimé avec une forme spécifique ne pouvant s’effectuer au massicot. Pour des découpes très fines, il faut s’orienter vers de la découpe laser.

03

Les caractéristiques du papier

Un certain nombre de caractéristiques doivent être prises en compte lors du choix du papier, qui peut avoir une influence directe sur votre packaging. Cela demande une certaine expérience et les essais sont indispensables.

Le grammage est le poids du papier, exprimé en grammes par mètre carré. Il a une influence sur sa maniabilité et sur le poids final de votre packaging, et donc sur son conditionnement. La blancheur influe sur le contraste et la fraîcheur des couleurs alors que l’opacité joue sur la visibilité de l’imprimé. La brillance gêne la lecture, mais améliore l’éclat des couleurs. Le grain est souvent recherché pour des effets décoratifs. 
Avant d’acheter un papier, il est important de vérifier sa résistance à l’éclatement ( indispensable au gaufrage ), à la déchirure ( documents destinés aux enfants ), au pliage, aux normes alimentaires ( emballage alimentaire ), à l’humidité, au feu…

FedrigoniClubPt_NewTintoretto_07

Les catégories de papier

Les papiers couchés se voient recouvrir de couches pour obtenir un résultat lisse mat ou brillant. Ils ont une meilleure imperméabilité et une meilleure blancheur. L’encre sera moins absorbée et les couleurs seront plus vives. À l’opposé, les papiers non couchés sont plus rugueux. On peut facilement écrire dessus. L’encre est plus absorbée, ce qui fait que les couleurs sont moins vives.

Enfin, les papiers de création sont des papiers à matière, avec des grammages moyens du 80 au 400g, mais il existe des plus faibles grammages. C’est le cas du papier bible, un papier de grande qualité, très fin, solide et résistant dans le temps. Il est généralement utilisé pour l’impression d´ouvrages à pagination importante.
Le papier bouffant est un papier qui présente pour un grammage identique, une épaisseur supérieure à un papier classique. Ce type de papier n´a pas subit de traitement et présente une surface rugueuse. Il ne convient pas pour les illustrations et est utilisé essentiellement en édition.

Le papier kraft est très résistant et le plus souvent utilisé pour les emballages ou les enveloppes. Le papier REH est un papier anti-humidité, souvent employé pour la fabrication des étiquettes de produits humides type boissons ou plats surgelés. Il existe une large gamme de papier recyclé, allant des papiers offsets aux  papiers couchés brillants ou mats, dans tous les grammages et d’une qualité équivalente aux papiers non recyclés.
Il existe de nombreux autres papiers dont l’utilisation est plus rare comme les papiers autocopiant, papier fluorescent, papier ignifugé, papier alimentaire…

Le papier idéal pour votre projet se trouve certainement chez les papetiers Fedrigoni, ArjowigginsG.F Smith, James Cropper, Gmund, Artic paperTakeo

Connaitre et utiliser le vocabulaire adapté
AMALGAME : Tirage simultané, sur une même feuille, d’impressions différentes prévues sur le même papier et dans les mêmes couleurs.

APLAT : Surface – souvent de grande dimension – imprimée d’une teinte unie, c’est-à-dire sans trame, dans le but d’obtenir une teinte uniforme.

BOBINE : Longueur continue de papier ou de carton enroulée sur un mandrin (tube servant d’axe).

BON À TIRER (BAT) : Acceptation signée d’une preuve imprimée avant la réalisation d’un tirage série. S’applique aussi pour accepter la maquette en blanc du volume avant réalisation de la forme de découpe.

CALAGE (MATIÈRES DE) : Elles permettent de bloquer un objet dans un emballage pour le maintenir dans une position donnée, pour l’éviter de bouger. Comme produits de calages on utilise régulièrement du particulaire, du film à bulle d’air, de la fibre de bois, du papier…

CARTON COUCHÉ : Carton ayant reçu une couche d’enduit sur sa surface, généralement du kaolin (mais aussi carbonate de calcium, sulfate de baryte). Cet enduit bouche les aspérités du carton et permet d’obtenir une surface lisse, ce qui assure une bonne imprimabilité.

CONTRE-COLLAGE : Terme générique désignant l’assemblage de deux matériaux au moyen d’une colle ou d’un adhésif. Cette opération se fait manuellement ou mécaniquement à l’aide d’une machine appelée contre-colleuse.

CROMALIN® : Épreuve rapide de photogravure obtenue par moyen photographique. Le cromalin sert au BAT. C’est devenu, avec le temps, un nom commun utilisé par extension pour désigner toute épreuve permettant de valider une épreuve avant tirage.

DÉCOUPE (FORME DE) : Opération de transformation au cours de laquelle une plaque de carton est rainée et découpée selon les contours d’un dessin, au moyen d’une forme plane ou galbée comportant des filets. Ce terme désigne également les emballages réalisés par découpe rotative ou à plat.

FAÇONNAGE : Ensemble des opérations de découpe, décortiquage, pliage, collage, pose d’accessoires…

FOND PERDU : Débord (généralement de 5 mm) de l’impression au delà du tracé de découpe afin de ne pas avoir de parties non imprimées (blanche) visible sur le produit fini.

FORMISTE : Il fabrique des formes de découpe pour les imprimeurs, les cartonniers, l’industrie de la sérigraphie, l’emballage, etc.

IMPOSITION : Classement dans un ordre déterminé des pages d’un ouvrage, afin qu’après pliage, les pages se suivent dans le bon ordre.

LAIZE : Largeur d’une bande de papier ou de carton. Ce mot désigne aussi la largeur utile d’une machine (machine à papier, onduleuse, imprimeuse).

MACULAGE : Défaut lié au transfert accidentel par contact de particules d »encre sur le verso d »une feuille et provenant du recto de la précédente.

MOIRAGE : Brouillage d‘une image reproduite par création de motifs géométriques provoqués par une différence d’orientation des trames ou d’axes de trames.

NUANCIER : Échantillonnage de couleurs ou de papiers (ou cartons) permettant de choisir une teinte ou une qualité de papier (ou carton). exemple nuancier Pantone®.

RAINAGE : C’est une ligne ou une rainure – pratiquée lors de la découpe – qui facilité le pliage et la mise en forme de l’emballage.

REMBORDAGE : Opération consistant à replier de façon régulière vers l’intérieur le bord d’une pièce préalablement encollée.

REPÉRAGE : Mise en place exacte de chaque forme imprimante pour obtenir un placement exact des couleurs les unes par rapport aux autres.

REPIQUAGE : Opérations consistant à rajouter un texte complémentaire après impression. Exemple : personnalisation par repiquage du nom et de l’adresse du distributeur.

RÉSERVE : Partie ou texte défoncé au trait sur négatif d’une ou plusieurs couleurs.

THERMOFORMAGE : Procédé thermoplastique permettant d’obtenir des objets de forme donnée, par inspiration, par soufflage ou par emboutissage, à partir des plastiques en feuille préalablement chauffés.

TRACÉ (DE DÉCOUPE) : C’est le plan de l’emballage dessiné à plat qui en montre les contours, les plis, etc. Il servira au graphiste à préparer son fichier pour l’impression, il servira au formiste pour réaliser l’outil nécessaire à la découpe (forme de découpe).

TRAME : Nombre de points par centimètre carré. Valeur de gris exprimée par surface relative imprimée. Angles de trame : Inclinaison de l’axe des trames définies lors du flashage à la séparation des couleurs. Un mauvais choix d’angle de trame peut provoquer des moirages.

VERGÉ : Papier comportant des filigranes constitués de fines lignes parallèles.

.


.
Inscrivez-vous à la newsletter et recevez chaque premier lundi du mois directement dans votre boite mail
du contenu gourmand, des liens utiles pour votre projet et des conseils graphiques :